Plaisance
Plaisance
Petit bourg de moins de 200 habitants, Plaisance porte bien son nom. Bourgade tranquille aujourd’hui, elle fut autrefois plus importante grâce à son église, (monument historique) réputée pour être la plus grande et la plus belle du diocèse de Poitiers au XVIIème siècle. Elle fut néanmoins précédée d’une autre, bâtie dès le IXème siècle à la demande de Charlemagne, si l’on en croit les dires de l’époque. Victorieux en Espagne, l’empereur se serait arrêté à Plaisance pour rendre grâces à la Vierge du lieu, objet d’importants pèlerinages déjà à cette époque, la paroisse abritant des reliques venues de la ville italienne de Plaisance, d’où le nom de la bourgade montmorillonnaise. Par la suite, d’autres souverains vinrent en pèlerinage à Plaisance : Louis VIII, Philippe le Bel, Charles V et Louis XI, apportant chacun des dotations. Louis VIII permit, entre autres, de reconstruire l’église très endommagée (XIIIème) et de la fortifier en même temps que l’on entourait la ville de murailles et de douves.

Plan de Plaisance - Agenda des manifestations
L’église Notre-Dame

L’église Notre-Dame

Malgré plusieurs remaniements, l’église a conservé l’essentiel de son architecture romane, notamment sa façade avec son portail polylobé et les profondes arcades qui l’encadrent et rappellent celles des façades des églises du Dorat et de La Souterraine, en Limousin. Autour du portail et sur la façade, on remarque des modillons et des bas-reliefs datant du XIIème s. La nef du XIIème a été modifiée au XIIIème et au XVIIème mais présente une combinaison de voûtes originale et remarquable. Des combles aménagés en grès, granit et brique (XIIIème) courent au-dessus des travées latérales.

A voir dans l’église, la statue de Notre-Dame de Plaisance, objet de tant de dévotion. Seule la tête subsiste de la statue originelle. Trois pierres tombales des XIIIème et XIVème s. sont également visibles.

croix hosannière

La croix hosannière

Au centre du cimetière, un caveau de pierre supporte une croix hosannière qui est en fait le vestige d’une ancienne lanterne des morts (XIIIème). Ce socle en pierre est un monument extrêmement rare. Il abrite, en effet, un caveau-pourrissoir du XIIIème s. où les religieux du prieuré déposaient les cadavres des frères avant d’en recueillir les ossements pour en faire d’éventuelles reliques. Deux squelettes y ont été trouvés en 1894.
Dolmen

Le dolmen du Chiroux

A trois kilomètres du bourg, sur la route d’Adriers, le dolmen du Chiroux, en parfait état, se dresse au sommet d’une butte, au milieu de prairies. Voir sur la carte

Pêche

Les distractions

Pêche sur l’étang (certains jours de la semaine) ; aire de pique-nique au bord de l’étang.